Deleev, l’app store des recettes de cuisine, livrées chez vous en 1H
« J’ai remarqué que les gens regardent Top Chef et Master Chef mais qu’ils ne font jamais les recettes. Pourquoi? »

Le déclic

Paul Lé J’ai fait mes études à UCLA aux Etats Unis. C’était une vraie chance. Je n’ai pas été formaté à la française. J’ai découvert une façon de penser très « straight to the point » (aller à l’essentiel). Quand je suis revenu en France après ma formation, c’était assez difficile de trouver dans les grands groupes cette façon de penser. Seules les startups pensaient comme ça. Dans ce genre de structure on peut lancer les choses très rapidement sans s’embêter avec des présentations PowerPoint à son N+1.

En ce moment je suis en train de lancer un nouveau projet dont l’objectif est simple : révolutionner l’agroalimentaire et la grande distribution car aujourd’hui ce sont les grands groupes qui ont la main mise sur notre assiette. L’idée n’est pas de moi. C’est celle de mon associé. Il est venu me voir il y 4 mois en me disant qu’il avait une super idée dans le food. Il me dit : « j’ai remarqué que les gens regardent Top Chef et Master Chef mais qu’ils ne font jamais les recettes. Pourquoi? ». Tout simplement parce qu’il est compliqué de trouver les bons ingrédients, les bons outils et qu’il fallait passer son samedi après midi à trouver LA bonne épice. Comment faire si on est un lundi soir et que je souhaite cuisiner? Il faut quitter son travail tôt et aller faire des courses.
D’autre part, aujourd’hui un blogueur de recette de cuisine, pour monétiser son site n’a qu’une seule solution : les bandeaux publicitaires.

Miamtag
« Avec cette startup, on souhaite challenger les grands groupes »

Le Pitch

Paul Lé Moi, venant de l’univers des applications mobiles, je me suis dit : « créons l’app store des recettes de cuisines ! » On est donc en train de créer une plateforme ou tous ces créateurs, ces blogueurs, ces chefs qui ont des recettes de cuisine, sont rétribués sur un pourcentage du panier dès que leur recette est achetée. Dès que l’on reçoit une commande, nous avons une heure pour préparer le panier avec 100% des ingrédients qu’il faut, les ustensiles et livrer en une heure chez le parisien et en 24h dans toute la France. Avec cette startup, on souhaite challenger les grands groupes qui ne font de leur coté que répliquer leur modèle physique sans se réinventer. Nous, on part du besoin de base qui est : qu’est ce que je vais manger ce soir ? Pour la plupart d’entre nous, on fait nos courses le samedi après midi et on se retrouve le lundi soir en se demandant ce que l’on va bien pouvoir préparer. Nous, on souhaite supprimer le temps perdu à faire ses courses et on reste sur la question fondamentale qui est de savoir ce qu’on va manger au prochain repas. C’est à ce moment là qu’on intervient. L’internaute se rend sur le site, il choisit et il est livré.

Miamtag
« Notre Startup s’adresse à tous ceux qui veulent bien manger et se remettre derrière les fourneaux »

A qui s’adresse Deleev ?

Paul Lé Notre Startup s’adresse à tous ceux qui veulent bien manger et se remettre derrière les fourneaux, ceux qui regardent des émissions comme Top Chef et qui aimeraient eux aussi pouvoir réaliser ces recettes mais qui n’ont pas forcément le temps d’aller faire les courses.

Miamtag
« Le meilleur moment dans une startup, c’est le lancement de produit, quand il n’est pas encore sur le marché. »

Le quotidien

Paul Lé Aujourd’hui, mon quotidien en tant que startupeur est très riche. Aucune journée ne se ressemble. J’apprends énormément. Après 10 ans de startup, je découvre un nouveau monde qui est celui de la logistique, de l’agroalimentaire. Je rencontre des producteurs, des fournisseurs, pour maîitriser toute ma chaîne jusqu’au client final. Je fais aussi des tournées avec des livreurs.

Le meilleur moment dans une startup, c’est le lancement de produit, quand il n’est pas encore sur le marché. Le plus stimulant c’est toutes Ces questions que l’on se pose sur le lancement, la team que l’on met autour de ce projet là, sentir cette émulation, ce trac que l’on a tous ensemble. C’est pour cela que je me considère comme un startupeur. C’est à dire que je lance des projets parce que c’est là où je me sens bien et où mon énergie est la meilleure. Enfin je pense (rires).

Les moments difficiles il y en a bien sur, mais ils sont vite oubliés par tout le bonheur que procure le lancement d’une startup, les rencontres que l’on fait, le succès des autres. C’est agréable de voir des potes réussir et de rester les mêmes et ce qui fait la beauté du monde des startups. Mais pour moi, les moments durs ça reste l’humain, voir quelqu’un partir, quitter l’entreprise. Ce n’est jamais agréable.

Miamtag team
« Une startup fonctionne uniquement si les gens qui la font sont bons ! »

Les coulisses de la Startup

Paul Lé Ces 4 derniers mois, on s’est d’abord appliqué à trouver la meilleure équipe. Une startup fonctionne uniquement si les gens qui la font sont bons : humainement et professionnellement. On s’est ensuite focalisé sur la base de données. C’est cool d’avoir un site internet qui livre les ingrédients en une heure. Faut il encore avoir tous ces ingrédients et ces recettes en base de données. C’est le coeur de notre business : est ce que les gens vont trouver ce qu’ils recherchent sur notre site ? Il faut donc être le plus exhaustif possible. Ensuite cette base de données, il faut la proposer aux internautes. C’est là qu’intervient notre savoir-faire au niveau du software : un joli site internet, une belle UX mais aussi et surtout une belle appli mobile. Aujourd’hui, tout le monde a un mobile. Il faut donc penser « mobile first ». Enfin, nous avons dû faire un énorme travail sur la logistique. Pour pouvoir respecter nos délais et la chaîne du froid, il a déjà fallu que nous apprenions le métier rapidement mais aussi trouver les personnes qui puissent épauler notre croissance. Nous avons donc tout simplement été voir des personnes qui font quasiment comme nous, des e-marchands dans l’agroalimentaire. Notre chance, c’est qu’en région parisienne, nous avons Rungis. Les grands fournisseurs se sont mis à Internet il y a 3 ou 4 ans et connaissent donc bien ces problématiques : envoi colis, conditionnement, packaging, … Quand ils nous ont vu arriver, nous petits startupeurs, il y a eu deux réactions. Ceux qui se sont dit que nous étions fous et ceux qui se sont dit que nous avions de l’ambition et qu’il fallait donc nous aider. Un bel échange s’est dont mis en place. Eux nous donnent des conseils sur la logistique et nous leur donnons des conseils sur ce que l’on sait faire de mieux : le web.

Miamtag Team
« Nous sommes des collègues, devenus copains il y a 10 ans et qui ont la même passion : l’entrepreunariat du web. »

L’équipe

Paul Lé Mon associé et moi, on se connaît depuis plus de 10 ans. Il a été mon patron. Il a ensuite vendu sa boîte à un grand groupe de l’internet français où je suis resté quelques années. Après ça, je suis parti et j’ai créé ma première startup dans laquelle l il est devenu investisseur. Aujourd’hui nous sommes devenus associés mais finalement nous sommes des collègues, devenus copains il y a 10 ans et qui ont la même passion : l’entrepreunariat du web.

Aujourd’hui, mon équipe est composée de 4 développeurs, de rédacteurs, chefs de produit qui gèrent le contenu, des community managers mais aussi et surtout des acheteurs, des préparateurs et des livreurs ! On a lancé cette startup avec des moyens financiers, ce qui est agréable (rires). Mais j’ai remarqué que un tiers des startups se lancent dans le « food ». Mais il y a deux freins à ça. Le premier c’est la technologie. C’est important d’avoir une bonne technologie, un beau site, de bonnes applications, … pour sortir du lot. Le deuxième frein est logistique. Le fait de lancer cette startup avec une base financière solide, nous a permis d’embaucher rapidement et de dépasser ces freins.

Miamtag

« Je n’ai personnellement jamais fait partie d’un incubateur ou accélérateur »

L’écosystème

Paul Lé Je n’ai personnellement jamais fait partie d’un incubateur ou accélérateur, mais ça ne m’empêche pas d’être très proche du monde des startups. J’aime me rendre dans ces incubateurs quand il y a des pitchs à aller voir. Ce que j’aime dans ce monde là et surtout en France c’est l’entraide. On connaît tous les mêmes galères quand on lance nos projets : quel logiciel utiliser? Comment acquérir du trafic? Quel design? Trouver une bonne équipe, …? Le succès des uns va profiter aux autres. Les erreurs des autres nous enseignent également beaucoup de choses. Il faut donc partager !

Mes amis quant à eux, ont toujours sû que je travaillerais dans l’internet. Dès le lycée, j’étais toujours derrière mon PC à surfer sur le web, à tester des trucs en code. J’étais très curieux de ce nouveau monde. Je l’ai découvert pendant la bulle des années 2 000 avec toutes ces histoires un peu folles d’entreprises qui ont 6 mois, qui vont en Bourse, qui lèvent des millions, … Ca me faisait pas mal rêver.

Miamtag
« Alors allons y ! On a rien à perdre et tout à gagner ! »

Les prochaines étapes

Paul Lé Notre projet est ambitieux. Nous allons le lancer très prochainement. L’objectif est de le faire grandir, de faire grandir les équipes qui le font. On veut aussi limiter notre délai de livraison à une heure max dans toute la France et pas seulement à Paris. Pour cela, nous devons multiplier les centres de dispatch et de stock. Ce sont les étapes clefs des prochains mois. Après cela, bien sûr, nous essaierons d’aller à l’international car dans le software, on aime aller se challenger sur d’autres continents. On dit souvent qu’il faut lancer son produit en ayant presque honte de le montrer. Il faut aller vite vers son marché et tester ses idées. Il faut être décomplexé. On s’attaque à des paradigmes, à des géants sur le marché. Alors allons y ! On a rien à perdre et tout à gagner !


La team

Paul Lé

Paul, co­fondateur de Deleev, a lancé multiples projets. Ce qu’il souhaite pour Deleev : L’emmener au sommet de la food tech mondiale.

Lancelot Hardel

Lancelot est le plus jeune de l’équipe (il vient tout juste d’avoir 18 ans). Il est développeur full­stack et adore le chocolat. “C’est un peu notre fils à tous.”

Thierry Ng

Thierry est développeur, il sort d’EPITECH et a travaillé quelques mois dans l’impression 3D aux Etats­Unis. Chez Deleev, il s’occupe de l’application mobile. “Shibal.”

Julien Nguyen

Julien est développeur backend, il sort aussi d’EPITECH et choisit toujours la meilleure place quand il arrive dans un bureau. Il veut juste devenir riche, très riche.

Pauline Dufour

Pauline est rédactrice web. Avec son diplôme de journaliste sous le bras, elle travaille sur les ingrédients et les recettes qui vont vous mettre l’eau à la bouche. Son objectif : tester les 2000 recettes de Deleev.

Florent Paret

Florent est chargé de développement commercial (spécialisé web). Il a (quasiment toujours) travaillé pour des startups web. C'est sa passion. Son objectif : que le développement du portefeuille des partenaires de Deleev soit un succès !

Line Derambure

Line est chargée de communication. Elle est fan de ​food ​et a toujours voulu travailler dans l’univers culinaire. Elle anime le site web et les réseaux sociaux, répond aux clients & aux journalistes, prend des photos appétissantes. Et réfléchit à son déjeuner à partir de 11h30 ! “J’ai faim.”

Aurélie Lazzarotto

Un mot pour la caractériser : la gourmandise ! Yummy... Aurélie croque la vie à pleine dent et se nourrit de lectures culinaires (web et papier) depuis des années. Incollable sur les ingrédients, cette communicante s’occupe du contenu éditorial du site et chouchoute les blogueurs et blogueuses partenaires.