eFounders : le startup studio fondé par 2 entrepreneurs à succès qui ne voulaient pas devenir Business Angels.

En collaboration avec des entrepreneurs, eFounders transforme des idées uniques en entreprises indépendantes.

 

Fondateurs :

Quentin Nickmans
Thibaud Elziere

Quelques chiffres :

Création de valeur : 125 millions d’euros
Création d’emplois : 250
10 startups lancées dont une déjà rachetée

eFounders

Les startups :

Mailjet (2011)
Textmaster (2011)
Mention (2013)
Pressking (2013). Vendue en 2015.
Front (2014)
Aircall (2014)
Illustrio (2016)
Hivy (2016)
Forest (2016)
Spendesk (2016)

eFounders

L’idée d’eFounders est née avant le concept du startup studio

Quentin Nickmans : On a démarré cette histoire avec Thibaud en 2011, non pas avec une idée bien définie d’un startup studio (ce modèle n’existait pas encore à l’époque) mais plutôt avec une vision et une volonté de créer des projets, nos projets et surtout l’envie d’en créer plusieurs. C’est cette façon d’avancer qui nous épanouissait le plus tous les deux. Nous avons commencé seuls, tous les deux, les deux premières années. Nous avons accompagné trois projets simultanément. Ce n’est qu’à partir de 2013 que nous avons commencé à structurer ce que nous avions appris les deux premières années à savoir : une méthode de développement de startups que l’on appelle aujourd’hui un startup studio.

eFounders

Avant de se lancer en 2011, pour ma part, j’avais un passé professionnel assez traditionnel. Je suis belge. J’ai fait une école de commerce. J’ai travaillé ensuite dans le conseil dans le Boston Consulting Group pendant 5 ans. C’est une période que j’ai adorée parce que multi-projets. On voit tout de suite le lien avec eFounders. J’aimais bien le challenge intellectuel de changer tous les 3 à 6 mois d’industrie, de problématique et de personnes avec qui on doit résoudre des problèmes. Ensuite, je me suis lancé dans un projet entrepreneurial qui était l’équivalent de Resto In en Belgique. L’entreprise était tombée en faillite. Nous l’avons reprise avec un associé et nous avons réussi à la relever en 3 ou 4 ans pour au final la vendre à Resto In (https://www.resto-in.fr). J’avais donc à la fois un parcours dans le conseil et dans l’entrepreneuriat. Mais pour être franc, le modèle du business angel ne m’attirait pas plus que ça. Et c’est là dessus que nous nous sommes retrouvés avec Thibaud. Nous, on aime mettre les mains dans le cambouis.

eFounders

Thibaud a une histoire différente. Il a créé Fotolia en 2004. Puis il a créé Ziloc à partir de 2008. Fort de ce constat, être business angel ne lui plaisait également pas plus que ça car il avait besoin de lancer tous les projets dont il avait envie et surtout d’être actif dedans.

eFounders
« C’est là dessus que nous nous sommes retrouvés avec Thibaud. Nous, on aime mettre les mains dans le cambouis. »

2011 : Quentin et Thibaud lancent 3 projets de startups en simultané

Quentin Nickmans : Nous avons commencé à lancer 3 projets en 2011. Des idées qui étaient parfois initiées par Thibaud : Mailjet, Textmaster et Mention. On aime et on ne réfléchit qu’à des problématiques qui n’existent que dans les PME. On adore réfléchir à des services rendus aux entreprises par le web, donc des softwares vendus à des entreprises de manière récurrente. Quand on regarde des outils qui sont mis à disposition dans les PME, on se rend compte qu’il n’y en a pas énormément. C’est vraiment la maturité des évolutions technologiques qui permet de créer des opportunités. Un logiciel comme Aircall existe parce que d’autres briques technologiques ont été matures pour permettre de développer un opérateur téléphonique virtuel. Même chose pour Spendesk. C’est une société qui a pu naître grâce à la maturité de la fintech aujourd’hui.

eFounders

Didier Forest : Moi j’ai rejoint le projet quasiment au début. Pour être franc, à l’époque, on ne savait pas très bien où on allait. L’idée, c’était de créer des startups, de formaliser tout ça, d’essayer de trouver ce que l’on pouvait répéter et donc processiser pour gagner du temps. eFounders, c’est très simplement une startup qui crée des startups. Pour moi, nous sommes une famille d’aventuriers qui adorent créer et exécuter des idées et qui, dans tout ça, essaye de mettre un peu de process et d’harmonie pour réussir à le faire plusieurs fois par an avec toujours la même énergie et la même ambition.

eFounders

La première étape, c’était de valider le fait que l’on était capable de créer plusieurs startups. On n’est pas un startup studio si on ne crée qu’une seule startup. Les trois premiers projets (Mailjet, Textmaster et Mention) étaient donc cruciaux pour nous. Il fallait en parallèle mettre suffisamment de process en place pour pouvoir nous décharger en recrutant des personnes et en leur transmettant ces process.

eFounders
« Pour moi, nous sommes une famille d’aventuriers qui adorent créer et exécuter des idées. »

2013 : Naissance du startup studio eFounders

Quentin Nickmans : Le modèle du startup studio est né aux Etats-Unis en 2013. Il y avait déjà des serial entrepreneurs qui créaient des sociétés de manière répétitive. Mais toutes ces initiatives se sont industrialisées à partir de 2013. La mission d’eFounders est d’apporter la complémentarité à une équipe de cofondateurs identifiés au départ. Thibaud apporte un accent très stratégique et produit sur les services en SaaS. C’est clairement un enfant du web. Pour ma part, j’opère plutôt sur la partie administrative, financière et business development quand les projets prennent une certaine maturité. Didier est un associé créatif. Il s’occupe du design. Ce qu’il apporte est très important. Axel lui, de son côté, est totalement orienté sur le produit et le process de développement du produit. Il ne faut pas oublier que nous faisons du SaaS et que cela demande beaucoup de R&D. Cela nécessite beaucoup de rigueur. Il amène énormément à nos projets pour qu’ils se développent vite et bien sans trop d’itérations. Enfin, Amaury gère avec moi le bateau. Nous avons pas mal de choses à gérer opérationnellement.

eFounders

Tous les associés sont donc très complémentaires et, en plus de cela, nous avons toute une équipe de partners qui nous aident administrativement et au niveau du recrutement. C’est sûrement notre principale erreur. Nous aurions du recruter quelqu’un au recrutement il y a déjà 3 ans car c’est finalement ce qu’il y a de plus important. Ce sont les graines de nos futures startups. C’est pour cela que nous avons recruté Fanny. Notre plus grand souhait, c’est que nos cofondateurs ne s’occupent de rien d’autre que de leur projet et qu’ils n’aient pas d’autres distractions pour réaliser du mieux possible leur mission.

eFounders

Didier Forest : On grandit vraiment avec nos startups. On fait des erreurs, on vit les erreurs que font nos startups et du coup on apprend beaucoup de tout ça. On apprend aussi bien sur des levées de fonds, des succès, des passages de nos startups à Y Combinator ou 500 startups. On tire beaucoup d’apprentissage de tout ça.
On accompagne nos startups pendant 18 mois. C’est restreint et, en même temps, c’est très intense. On a vraiment testé toutes les organisations possibles. Au départ, on essayait de travailler un jour par projet. Après, on a essayé de travaillé par phase de plusieurs jours sur un projet. Dans la réalité, ce qui fonctionne le mieux c’est de jongler entre tous les projets dans la même journée. Ça permet de créer une espèce d’énergie intellectuelle. Il est possible de trouver une idée qui ne fonctionne pas sur un projet mais qui va fonctionne sur un autre. Dans ces cas là, on n’attend pas le jour du projet.

eFounders

On va directement voir l’équipe pour leur parler de cette idée. On essaye donc tous de jongler entre tous les projets. Ça demande beaucoup d’énergie et de concentration. En même temps, ce sont nos projets. Donc, on les connaît sur le bout des doigts et on peut donc switcher très rapidement.

 

« Notre plus grand souhait, c’est que nos cofondateurs ne s’occupent de rien d’autre que de leur projet. »

Ce n’est que le début d’une grande aventure

Quentin Nickmans : Je pense que l’on est qu’au début de l’aventure eFounders. Nous avons appris énormément de choses sur les 5 premières années d’eFounders et notamment sur le type de projet, le type de personne et sur le cycle de développement d’un projet au sein de notre structure. Il y a encore beaucoup de choses à améliorer bien sûr, mais c’est déjà une grande étape de franchie. Plus le temps passe, plus on a envie de faire des projets où il existe des opportunités avec des entreprises. J’adorerais par exemple faire des logiciels dans le légal, pour les avocats par exemple. Mais ce type de projet, on ne peut les faire qu’avec des spécialistes du métier. On a donc encore beaucoup d’opportunités à explorer au sein de notre startup studio. Notre épanouissement passe par là. eFounders c’est vraiment une startup. Nous évoluons. Nous améliorons notre business model. Nous sommes tous très conscients que nous avons encore un long chemin à parcourir.

eFounders

Après, il y a quelque chose auquel on ne se fait jamais. C’est quand une startup quitte le studio pour voler de ses propres ailes. On utilise souvent la comparaison des enfants qui partent à l’université. C’est, d’un côté, une fierté d’avoir un projet qui gagne la confiance d’autres personnes impliquées financièrement. Et, de l’autre côté, c’est un peu difficile car nous sommes moins impliqués.

eFounders
« Je pense que l’on est qu’au début de l’aventure eFounders. »

La team

Quentin Nickmans

Ancien consultant de premier plan et entrepreneur qui a su ramener une entreprise en faillite sur la voie du succès, Quentin sait parfaitement comment diriger les équipes et conduire une startupvers le succès.

Didier Forest

Didier est l'esprit créatif d'eFounders. Il aide toutes less startups à construire leur produit et à accroître leur culture design. Il est également surnommé Mister v1.

Axel Le Pennec

Axel est imbattable pour craquer les problèmes et que les gens aiment et utilisent un produit. Après trois ans en tant que consultant numérique et une expérience dans le démarrage d'une publicité mobile, Axel consacre son temps à la construction de solutions originales et créatives à des problèmes complexes. Il maîtrise la navigation, à la fois sur le web et en mer.

Amaury Sepulchre

Amaury s'occupe de toutes les opérations eFounders à Paris. Il aime façonner de nouvelles entreprises, pousser des idées, craquer des modèles d'affaires et construire des équipes. Il est ancien consultant de premier plan avec une forte mentalité entrepreneuriale et une attitude de can-do.