Fred de la Compta : la startup qui dépoussière la comptabilité grâce à l’intelligence artificielle

Fred de la Compta est un cabinet d’expertise comptable en ligne. Leur mission est de vous faciliter au maximum l’administratif pour que vous puissiez vous concentrer sur votre activité. Tout se passe en ligne : vous scannez vos factures ou transférez vos pièces-jointes et ils s’occupent du reste. Vous n’avez rien à saisir manuellement.

Fondateurs :

Romain Passilly
René-Pierre Marionneau

Quelques chiffres :

Fonds levés : 550 000 €
14 collaborateurs
Plus de 300 clients

Fred de la Compta

2014 : Compta Tourisme, ancêtre de Fred de la Compta

Romain Passilly : J’ai rencontré René-Pierre il y a 12 ans. C’était l’un de mes premiers clients dans ma première société. Il était expert-comptable. J’avais monté une plateforme de e-learning/coaching pour les étudiants en classe de Prépa. Sa fille avait besoin de cours particuliers. On a gardé contact par la suite. Dans mes différentes aventures entrepreneuriales par la suite, je l’ai parfois appelé pour des conseils. J’ai également pu lui envoyer des clients. Il faut savoir que René-Pierre, c’était un des pionniers de la dématérialisation et de l’outsourcing dans le métier d’expertise comptable.

Fred de la Compta

Quelques années plus tard, j’ai lancé une boîte de conseil dans le domaine du tourisme. Je faisais du déploiement de système d’informations. Quand je travaillais sur la refonte des process en interne et sur le déploiement des systèmes, je touchais forcément à la comptabilité et à son automatisation. Lorsqu’une société se développe vite, si la comptabilité est mal gérée, ça bloque, surtout dans le tourisme. C’était vraiment un problème récurrent pour les entrepreneurs. De plus, quand je devais faire appel à des experts-comptables, ils étaient tous très compétents mais souvent trop généralistes. Le milieu du Tour Operating est très spécifique et les logiciels utilisés également. Finalement, mes clients choisissaient leur expert-comptable sur le seul critère de la proximité géographique alors qu’ils auraient du choisir un expert-comptable spécialiste de leur marché. C’est à ce moment là que je suis allé voir René-Pierre en lui expliquant que j’avais une clientèle dans le tourisme et que si ça l’intéressait, je lui proposais de lancer un cabinet comptable spécialisé dans le tourisme. C’est de cette manière qu’est né Compta Tourisme, l’ancêtre de Fred de la Compta.

Fred de la Compta

René-Pierre Marionneau : Vous connaissez le dicton : « l’appétit vient en mangeant ». Une fois que nous avons lancé Compta Tourisme, on en est rapidement arrivé à la conclusion que ce qu’il se passait dans la digitalisation qui touchait le domaine du tourisme risquait un jour de se passer dans le domaine de la comptabilité. Il fallait donc que l’on soit prêts et que l’on ait développé une solution qui puisse répondre aux usagers et aux clients de la nouvelle génération, autrement dit des gens qui ne voulaient plus avoir à faire à l’expertise-comptable traditionnelle avec tout ce que ça comporte de manipulation de documents.

Fred de la Compta

Ma rencontre avec Romain, m’a permis de comprendre un certain nombre de points sur lesquels je bloquais depuis un certain temps. Je sentais bien qu’il manquait quelque chose. D’une part, le faire-savoir, le marketing, c’est à dire d’être capable de créer et draîner une attente autour d’un produit comptable, ce qui n’est pas le plus évident compte tenu de l’aspect pas très excitant de la comptabilité (rires). C’est plutôt une activité repoussoir. D’autre part, que pouvait-on faire pour faire gagner du temps à savoir améliorer le service en rétrécissant les délais.

Fred de la Compta
« Finalement, mes clients choisissaient leur expert-comptable sur le seul critère de la proximité géographique alors qu’ils auraient du choisir un expert-comptable spécialiste de leur marché »

2015 : Naissance de Fred de la Compta

Romain Passilly : Quand on a lancé Compta Tourisme, l’objectif c’était donc d’aller travailler dans les logiciels de nos clients et leur donner un outil de gestion en automatisant une partie de leur comptabilité. Il a donc fallu ajouter à notre offre, un scanner pour pouvoir récupérer les pièces comptables car les clients étaient un peu partout en France. A ce moment là, tous mes amis entrepreneurs étaient intéressés par ma solution car ils en avaient marre de porter les pièces comptables papier à leur expert-comptable tous les mois… C’est comme ça qu’est né Fred de la Compta.
Quand on est entrepreneur, on n’a pas beaucoup d’économies. L’argent que l’on gagne, on a tendance à le dépenser ou à l’investir quelque part. Personnellement, pour les débuts de Fred de la Compta, j’ai continué à travailler avec ma boîte de conseil au départ. J’ai conservé les contrats les plus rentables ce qui m’a permis de monter ma boîte. Il y a aussi des clients qui ont été très compréhensifs. On travaillait ensemble depuis longtemps et ils m’ont laissé diminuer mon investissement avec eux tout en continuant à me payer. On jongle avec les deux activités au début jusqu’au moment où on franchit le cap.

Fred de la Compta
« Tous mes amis entrepreneurs étaient intéressés par ma solution car ils en avaient marre de porter les pièces comptables papier à leur expert-comptable tous les mois »

Septembre – octobre 2015 : lancement de l’application Fred de la Compta

Romain Passilly : On a commencé par sortir en fake (rires). On sort une appli, le 30 septembre 2015, qui n’était pas prête. C’est à dire que vous présentez devant 300 personnes, une application qui n’est, en réalité, pas sortie. Elle sort réellement le 14 octobre 2015. Mais encore une fois on s’en sort en jonglant. Ça fait partie de la vie d’une startup. On a commencé par une campagne de communication car on ne voulait pas lancer un produit sur lequel nous n’avions pas de visites. La traction c’est très important quand on travaille sur un produit web. On avait distribué 1 000 petit-déjeuners dans tous les espaces de coworking et incubateurs de Paris début septembre, pour inviter les gens à notre soirée de lancement. C’est vraiment un super souvenir. Ça a très bien fonctionné.

Fred de la Compta
« On sort une appli, le 30 septembre 2015, qui n’était pas prête. C’est à dire que vous présentez devant 300 personnes une application qui n’est en réalité pas sortie. »

Mars 2016 : Fred de la Compté intègre l’accélérateur de Microsoft

Le 14 mars 2016, Fred de la Compta rejoint la 8ème classe de Microsoft Accélerator aux côtés très belles autres startups comme Mention, Talent.io, Logmatic.io

Fred de la Compta

Juin 2016 : levée de fonds de 550 000 euros et fusion avec White

Fred de la Compta boucle une levée de 550 000 euros auprès de The Family, Kima Ventures, SGH Capital et Pentalabbs pour lancer en octobre 2016 la V2 de sa plateforme

Romain Passilly : Quand nous avons lancé Fred de la Compta, je nous considérais pas comme une startup. Moi j’ai toujours fait de l’entrepreneuriat. J’ai pas de fiche de paye. Je montais une société, je me relançais dans une aventure. Mais je ne disais pas que je créais une startup. Après il y a une rencontre avec Oussama Ammar de The Family qui m’a introduit dans un monde différent, un monde où tout paraissait simple. Avant mes levées de fonds c’était des crédits à la banque après des heures et des heures de rendez-vous. Là, en entrant dans ce monde, tout à coup les portes étaient grandes ouvertes.

Fred de la Compta

Donc être une startup, c’est faire partie d’un écosystème tout en faisant de l’hypercroissance. Mais c’est aussi changer l’image d’une industrie. C’est important. Aujourd’hui, Fred dépoussière l’industrie de l’expertise-comptable et ça compte beaucoup dans notre traction. Ca ouvre des portes, ce sont des gens bienveillants, des vrais accompagnants, advisors. Ce sont des personnes avec qui il est possible de faire du ping pong. Ils ne vous apportent pas l’idée du business, mais une discussion avec eux, permet de minimiser le risque sur des choix qui sont parfois difficiles à faire.

Fred de la Compta

Benjamin Deplus : Nous nous sommes connus grâce à l’accélérateur de Microsoft. Pascal Fite, qui le dirige, nous a mis en relation. Comme nous étions sur le même secteur d’activité, il trouvait intéressant que l’on se rencontre. Fred de la Compta, à l’origine, c’est un prospect de la startup que j’ai créée avec Olivier : White. Ils avaient une problématique qui était d’automatiser la saisie comptable. Il faut savoir que la saisie comptable dans un cabinet, c’est deux tiers du temps des experts-comptables. C’est très long. Il faut récupérer les pièces, les trier, les saisir, rappeler le clients pour avoir des informations complémentaires, se souvenir de l’activité de la personne … Et au final ce n’est que le premier niveau de la couche d’intelligence de White. Nous leur avons proposé ce service. Ils ont testé. Nos deux sociétés étaient à peu près au même niveau. On allait ou était en train de faire une levée en série A. Nous nous sommes assis pour discuter en se demandant s’il ne serait pas plus malin d’associer une distribution qui fonctionne très bien avec Fred de la Compta et une techno assez avancée et déjà éprouvée avec White. C’est comme ça que nous avons fusionné.

Fred de la Compta

Romain Passilly : On a rencontré deux gars formidables qui s’étaient enfermés pendant 3 ans pour développer une intelligence artificielle autour de la comptabilité. De notre côté, nous avions la traction, une équipe déjà constituée … et de leur côté ils avaient la techno. C’est le match parfait qui permet aujourd’hui à Fred de la Compta d’aller plus vite et plus loin.
Aujourd’hui, on fait de l’intelligence artificielle mais on n’est clairement pas là pour remplacer l’expertise. Ce que l’on cherche à faire, c’est à amener le bon expert-comptable vers le bon chef d’entreprise. L’IA est donc là pour booster cette rencontre, pour booster cette relation et pour faire que les petits entrepreneurs qui n’ont pas les moyens de se payer un consultant à 1 500 € la journée puissent se permettre d’accéder aux services de ces experts-comptables spécialisés. La valeur ajoutée de l’humain prime.

Fred de la Compta

Benjamin Deplus : Notre idée aujourd’hui c’est de ressortir le maximum d’informations ayant de la valeur sur les entreprises à partir des pièces comptables. Il y a beaucoup d’informations à apprendre de tout ça. Je ne pense donc pas que l’intelligence artificielle va remplacer les humains. Je pense plutôt que c’est une évolution de leur métier plutôt qu’une régression ou une annulation. Le concept des algorithmes d’intelligence artificielle, le machine learning comme les réseaux de neurones, c’est de s’alimenter et donc en permanence de progresser.

Fred de la Compta

La grande réalité c’est que la comptabilité et les entreprises ne se parlent plus depuis 30 ans. En résumé, nous sommes obligés de faire notre compta, mais le souci c’est que les chefs d’entreprise n’en tirent pas grand chose. Ce qu’on essaye de faire comprendre, c’est qu’il y a beaucoup d’intelligence et beaucoup de valeur ajoutée dans la comptabilité pour gérer son entreprise. On essaye donc de les réunir et de les faire travailler main dans la main. A la base, le comptable, c’est une profession de conseils, ce n’est pas une profession de production de lignes comptables. Avec notre techno, nous essayons de les ramener vers leur métier premier qui est le conseil.

Fred de la Compta
« A la base, le comptable, c’est une profession de conseils, ce n’est pas une profession de production de lignes comptables. Avec notre techno, nous essayons de les ramener vers leur métier premier qui est le conseil. »

La team

Romain Passilly

Diplômé de l'INT et Dauphine, il a été plusieurs fois entrepreneur. De son expérience sur le marché du tourisme, où il a travaillé sur la digitalisation des canaux de distributions, à la comptabilité il n'y avait qu'un pas.

Benjamin Deplus

31 ans - SciencesPo - Assas - DataScience - Analyse Fusion-Acquisition HSBC Londres et Amundi Paris. Plus de 5 ans d’experience en machine learning dans les domaines financiers. Developpeur autodidacte depuis 12 ans.

Olivier Milla

33 ans - Concordia University - Finance, R&D - Gestion financière Société Générale et Family Office genevois. 10 ans expérience algorithmes, IA, création de valeur.