LiveMentor : comment 3 étudiants ont décidé de créer la première École sur Internet

LiveMentor est un site de cours particuliers en ligne. Leur ambition est de trouver pour chaque élève un mentor génial.

Fondateurs :

Alexandre Dana

Charles Lefebvre du Prey

Grégoire Clermont

Quelques chiffres :

2 500 mentors

Plus de 20 000 élèves ont pris un cours durant les 45 derniers jours

1,4 millions d’euros levés dont 900 000 avec Isai

LiveMentor

L’origine du projet : des étudiants qui donnent des cours

Alexandre Dana : L’histoire a commencé il y a 4 ans. A l’époque, nous étions étudiants. On passait notre temps à donner des cours. On donnait des cours de maths, des cours d’économie, des cours d’anglais, des cours de communication. On faisait ça alors même qu’on était étudiants parce qu’on adorait ça mais aussi parce que ça nous permettait de gagner notre vie. C’est vraiment devenu une passion progressivement. C’était quelque chose de central dans notre vie. 10 à 15 heures de cours par semaine. Au début, nous donnions des cours à domicile. Et un jour, j’ai reçu l’appel d’une maman en Suisse qui me demandait d’aider son fils. Je lui ai donné un premier cours sur Skype. Et à partir de ce moment là, je me suis dit que je voulais faire ça de ma vie : donner des cours à distance et aider des élèves.

LiveMentor

Je ne crois pas qu’on se réveille un jour à 6 ans et qu’on se dise : « je veux devenir pompier ». Je crois plutôt aux passions qui se développent avec le temps. Je crois plus au fait de commencer quelque chose qui t’intéresse et de l’exercer beaucoup jusqu’au moment où ça devient une addiction pour toi.
A partir de ça, on s’est demandé s’il n’était pas possible de répliquer ça et créer un site d’éducation en ligne. Il y avait 2 idées fortes. La première, c’est le online, les cours donnés en ligne. Et la deuxième, c’était la pédagogie. Ça a été très dur au début. On était encore étudiants donc on avait beaucoup d’heures de cours. On essayait de se débrouiller pour faire nos études, donner des cours et développer le projet. Grégoire était à Nantes. Donc, toute la semaine, je donnais des cours pour pouvoir me payer des billets de train pour aller à Nantes et bosser sur LiveMentor avec Grégoire.

 

LiveMentor

On a fait tout ce qu’il fallait pour se libérer le plus rapidement de nos études. Nos potes nous prenaient pour des dingues. On ne rendait pas nos devoirs. On séchait les cours. On bossait dans une cave au sous-sol de l’école. Nos parents et nos proches ne comprenaient pas ce qu’il se passait. Ma mère pensait que j’allais devenir professeur alors que je lui expliquais que nous essayions de créer une nouvelle école sur internet. Je crois que tout cela s’est débloqué le jour où nous sommes passés à la TV. Ce sont des sacrifices obligatoires quand on veut lancer un projet. Nous, notre priorité, c’était LiveMentor.

LiveMentor

A la base, nous, ce qu’on aime c’est le rapport du mentor et de l’élève. On ne le ressentait plus dans l’éducation traditionnelle. Aujourd’hui, il y a des profs qui gèrent 30 ou 40 élèves mais qui n’ont pas cette capacité à apporter un suivi individualisé à chacun. Avec LiveMentor, nous construisons une Rolls Royce pour les mentors. On leur apporte le meilleur site pour qu’ils puissent donner leurs cours avec la meilleure technologie, la meilleure communication, le meilleur support. Mais derrière, nous sommes très exigeants avec eux. Chez LiveMentor, on n’abandonne pas l’élève, on ne le lâche pas, on le motive.

LiveMentor
« Et à partir de ce moment là, je me suis dit que je voulais faire ça de ma vie : donner des cours à distance et aider des élèves. »

2012 : la rencontre des 3 associés et le début de LiveMentor

Alexandre Dana : Charles, c’était mon pote de l’ESCP. On s’est rencontrés dans une association. Je les sauvais. Il devait se faire virer (rires). C’est comme ça que nous sommes devenus amis. C’était le seul mec que je connaissais et qui donnait plus d’heures de cours que moi. On est devenu proches par ce biais là.
Greg, on l’a cherché pendant un bon moment. J’avais créé une première société qui avait complètement échoué. J’avais tiré comme leçon qu’il fallait un associé technique de qualité. Il fallait une personne pour nous aider à développer le site. On a cherché Grégoire pendant 6 mois. Puis, ensuite, pendant 6 mois, on a appris à se connaître et à bosser ensemble. J’avais été très marqué par l’échec de ma première société. Un de mes associés s’était barré au bout de 2 mois. Donc quand j’ai rencontré Greg et Charles, je me suis dis que ça allait peut-être devenir les femmes de ma vie, donc qu’il fallait y aller lentement et apprendre à se connaître. Nous avons été super patients. Mais je crois que cette patience est très bénéfique aujourd’hui. Nous sommes très unis et très forts ensemble et c’est indispensable pour qu’un projet soit solide.

 

LiveMentor

Très vite, on développe une V1 du site et on commence à donner des cours à travers cette première plateforme. C’était super dur au début car on avait très peu de profs et d’élèves. Mais on donnait tellement de cours à travers ce site, qu’on se disait que ça allait bien décoller à un moment ou un autre. Sur cette première version, je donnais 25 heures de cours. Je me disais que, soit j’étais complètement fou, ce qui était possible, soit à un moment ça allait finir par fonctionner et que d’autres personnes donneraient des cours.

LiveMentor
« J’avais été très marqué par l’échec de ma première société. »

Des rencontres importantes qui conduisent à une première levée de fonds

Alexandre Dana : La toute première levée de fonds de LiveMentor s’est faite en une journée. D’abord mon ancienne prof de math qui avait envie de soutenir le projet. Elle investit 10 000 euros dans LiveMentor. A l’époque, je trouve ce chiffre incroyable. Je l’ai annoncé à Charles et nous sommes partis fêter ça au restaurant. Au cours du dîner, nous commençons à discuter avec nos voisins de table, un charmant couple de quadragénaires Passionnés d’éducation également, ils proposent à leur tour d’investir une somme de 10 000 euros ! Nous venions de trouver notre deuxième actionnaire, en allant au restaurant. Toutes ces personnes sont toujours au capital aujourd’hui et sans eux LiveMentor n’aurait jamais pu exister.

LiveMentor
« La toute première levée de fonds de LiveMentor s’est faite en une journée.»

Premier objectif : recruter les meilleurs mentors.

Alexandre Dana : Il y avait beaucoup de réticences A cette époque là, personne ne connaissait les cours en ligne en France. Nous, on s’adresse à des adultes, des parents qui ne savent pas forcément très bien se servir d’un ordinateur. Il a vraiment fallu évangéliser. Nous, ce qui nous a permis de percer, c’est les mentors. On a tout fait pour faire émerger des mentors qui sont devenus des références dans leur domaine. Ce sont des mentors qui ont donné plus de 500 heures de cours et qui inspirent donc confiance. Aujourd’hui, les gens viennent chez nous parce que nous avons les meilleurs mentors. Pour nous, le plus important c’est que nos mentors rappellent les meilleurs profs que l’on a eu. Nous avons tous eu 2 ou 3 profs qui nous ont marqué. On ne se rappelle pas vraiment du cours du prof. On se rappelle juste de ces personnes et de pourquoi on les aimait tant, pourquoi ils nous ont tant marqué. On fait tout ce que l’on peut pour que nos mentors réussissent à créer un engagement énorme auprès de leurs élèves.

 

LiveMentor

Une des difficultés qu’a rencontré LiveMentor au début, c’était que l’on passait pour des fous. On ne faisait que des cours en ligne. Les gens ne savaient pas ce que c’était. Nos mentors n’avaient pas forcément de diplôme d’enseignant. Et les élèves n’étaient pas notés. C’est eux qui notaient les mentors.

LiveMentor
« Aujourd’hui, les gens viennent chez nous parce que nous avons les meilleurs mentors. »

Passer d’étudiant entrepreneur à entrepreneur à plein temps

Alexandre Dana : Un des points clefs du parcours de LiveMentor, c’est le passage d’un projet étudiant à une vraie société. Pendant 3 ans, on était étudiants donc notre quotidien c’était d’aller en cours le matin, de sécher les cours l’après-midi pour aller bosser sur LiveMentor puis de donner des cours le soir. C’était vraiment une époque très difficile et éprouvante. On a levé des fonds alors qu’on était encore étudiants. Et puis, un jour, on a pu se libérer des études. Certains ont eu leur diplôme, d’autres ont arrêté leur études. Ça a été une très grande libération pour nous. On a pu lever 900 000 euros avec Isai. Le jour où tu deviens entrepreneur à plein temps, tu n’as plus qu’à te consacrer à ton projet. Tu n’as plus rien qui peut te freiner. Je crois que c’est pour ça que l’on a envie de créer des boîtes. C’est pour pouvoir s’y consacrer 15 heures par jour sans penser à rien d’autre.

 

LiveMentor

Malgré toutes les difficultés que nous avons rencontrées, nous n’avons jamais vraiment douté. Même au pire des moments. On a changé deux fois de nom. On n’avait plus de trésorerie. On a du quitter nos bureaux et s’installer chez moi dans mon studio dans le 20ème arrondissement à Paris. Même à ce moment là, nous n’avons jamais douté car on continuait de donner des cours. On se disait que si ce truc marchait pour nous, ça finirait par fonctionner pour d’autres profs.

LiveMentor
« Malgré toutes les difficultés que nous avons rencontrées, nous n’avons jamais vraiment douté. »

La team

Alexandre Dana

Alexandre est le CEO de LiveMentor. Il tire ses cheveux dans tous les sens pour résoudre l'équation de l'éducation en ligne.

Jessy Grossi

Jessy est le directeur marketing de LiveMentor. Il alterne entre tous les canaux d'acquisition, et prend un café avant de lancer la moindre opération. Il prend aussi un café une fois l'opération finie.

Cybil Bourely

Cybil fait partie de l'équipe technique de LiveMentor, en tant que développeur Ruby fullstack. Elle conçoit de nouvelles fonctionnalités pour améliorer l'expérience de nos élèves. Et milite régulièrement pour l'adoption de chats dans les bureaux

Geoffrey Poncelet

Geoffrey était d'abord mentor sur LiveMentor. Connaissant par coeur le site, le rôle de Community Manager était fait pour lui.

Romain Vigo Benia

Après quelques années en Irlande et une belle aventure entrepreneuriale, Romain a décidé de venir se réchauffer en rejoignant l'équipe de LiveMentor à Paris. Il est développeur Ruby fullstack

Robert Kowal

Robert a rejoint l'équipe marketing de LiveMentor. C'est un couteau suisse qui alterne entre les publicités Facebook et la rédaction d'articles et guides pour nos élèves

Juliette Lukacs

Juliette a rejoint l'équipe marketing de LiveMentor. Elle est responsable de différents canaux d'acquisition comme Instagram et maîtrise l'affiliation, autant que les différentes préparations du thé !

Grégoire Clermont

Grégoire est le directeur technique de LiveMentor. Il construit lui-même ou supervise la construction des nouvelles fonctionnalités du site, en cherchant le bon équilibre entre rapidité et qualité